Acuelh / Accueil
Editoriau / Editorial
D'aicí e de'n pertot
Sociau / Social
Politica / Politique
Istòria / Histoire
Cartabèu/Bloc-notes
Societat / Société
En revista / En revue
Botica / Boutique
Forum
Contact

   
   

Forum




 Au corrier Au Corrier Bonjour. Ayant vécu au Québec avant de revenir dans la "zone" euro ; je suis un peu dans votre ligne de conduite, pour ma région car si la Belgique se partitionne, alors une grande Flandre allant de la Wallonie jusqu'à la Bretagne devient possible. Nous, Normands, ne sommes français que depuis 6 siècles à peine et suite à une alliance. Nous sommes plutôt des nordiques au niveau physique et proche des anglais. Notre langue régionale, le « patois » a donné de nombreux mots anglais et le code normand est toujours appliqué dans les îles anglo-normandes. Les français ont transformé notre région en poubelle chimique et nucléaire avec 50 sites classés "SEVESO II" sur 250 sites chimiques le long de la Seine et, l'état à laissé la région s'enfoncer dans l'alcoolisme générationnel, la grande pauvreté, sans doute afin de mieux garder sa mainmise sur les populations et la façade maritime de la Manche. Mais l'économie locale est catastrophique depuis un quart de siècle. Nombre de normands pensent tout bas que nous sommes la poubelle de Paris. Croire que la Normandie devienne indépendante un jour ne me parait pas réaliste. Je ne peux que saluer votre démarche courageuse vis-à-vis d'un système aussi malsain. Salutations. (reçu par internet) On ne peut que souscrire à votre prise de position qui s’inscrit dans le cadre d’un Etat fédéral, respectueux des identités régionales et du patrimoine écologique de chacune de nos régions. A quand un parti autonomiste normand ? Il aurait toute sa place dans la fédération Régions & Peuples Solidaires.
 AU CORRIER AU CORRIER - Reterritorialisacion. Aquò es per lo reabonament dau Cebier. Dins lo N°108, es fòrça interessant l’article sus « Economie e reterritorialisation ». Espere que de mai en mai prendrem aquela dralha dei productors-consomators de proximitat completament. Amistats òc. Irena Ripert (Vauclusa) AU CORRIER- - Un plurau ben singular. Lo collòqui dau 8 de novèmbre as'Ais de Provença fuguèt lo rescòntre de mai d'una sensibilitat a l'entorn de la lenga e de la cultura d' òc. Intervenguèron a la tribuna, representants d'associacions e de mediàs, istorians e linguistas, deputats UMP e comunista. Nos presentèron un « estat de luòc » de la plaça de la lenga d'òc dins la societat actuala, nos afortissènt dins l'idea que pressentiam: es en dangier dins una societat en cambiament que sembla mai virada vèrs la resolucion de problèmas materiaus cruciaus que vèrs la lenga e la cultura de sa region. Dins lo monde de la comunicacion, una jornalista de FR3 per Vaquí, a meme lo sentiment d'una mena de mesprès nebulós de sei collègas per una lenga que d 'unei tènon per representativa dau solet folclòre. Enfin, totei fuguèron d'acòrdi per conclure que faliá vertadièrament traspassar lei diferéncias de sensibilitats per se projetar ensems vèrs una soleta tòca: l' aparament , per lo mejan de l'ensenhament e de l'audio-visuau, dins la reconoissança politica, d'una lenga que cadun dins la sala portava dins lo còr. Pasmens una intervencion dins la sala me laissèt pensativa : un òme dau parlar clar e de la vòtz ben pausada argumentèt per afortir l'especificitat dau Provençau a rapòrt deis autrei lengas d' òc.(De notar lo plurau). A senher Guerrera que mostrava a-n'aquel òme la pagina d' intrada dau Grand Tresòr, respondiguèt que.....,nom de nom, Mistrau èra dau sègle 19, e que, dempuei, lei causas avián evòluit!! Hum!...Ai degut mancar quauqua ren, me diguèri. Dempuei un sègle e mieg, dèu existir quauqua part una tèsi revolucionara de lenguistas letruts per micronisar nòstra lenga d' òc. Alevat que fuguèsse, aquèla expectorrida, l'expression d'una forma de religion, una mena de creacionisme, au còntra de l'evolucionisme ? Regina Fournier (Aups de Provença Auta)