Acuelh / Accueil
Editoriau / Editorial
D'aicí e de'n pertot
Sociau / Social
Politica / Politique
Istòria / Histoire
Cartabèu/Bloc-notes
Societat / Société
En revista / En revue
Botica / Boutique
Forum
Contact

   
   

Editoriau / Editorial

LN-PCA : una escrocaria messorguiera au servici de la "Région Sud"

18 / 04 / 2019 

LN-PCA : una escroquariá messorguiera au servici de la « Region Sud »

   Fin finala, es l’intrada de l’Arlatenca en gara, la LN-PCA que dempuei lo Debat public de 2005 aviá per tòca de respondre ais ambicions dei tres « metropòlis » regionalas, Marselha-Niça-Tolon. Vague ! La logica de concentracion qu’èra de se botar en plaça ambé lei leis  MAPTAM (2014), NOTRe (2015) confirmava aquela tendéncia dins l’encastre de la politica de mobilitat. Mantei peripecias puei, es un vòt enausit que trepassèt totei leis ipotèsis chifradas, mai en s’apielant sus la novèla majoritat LR crebèt l’uòu (solament 25 a 28 miliards per 2030, segon RFF e la prefectura varesa, per gahnar quauquei minutas ?). La senèstra, de costuma, ambé M. Vauzelle en tèsta, s’endralhèt dins lo « projèct » en nom de l’emplec e de pretenduts aleujaments dau trafec autorotier entre Marselha, Tolon e Niça. Aprofichant dau vuege, lo FN se ronsava dins l’oposicion au projèct.

  Dins aquel afaire, es estat daverat un còntra-sens : totei lei desclaracions tardivas en favor de la proximitat èran aquí per mieus justificar una linha inutila mentre que la formula de la linha drecha podiá sola respondre a-n-aquela logica tecnocratica, dau temps que la linha existiá ja. Mai lo poder bailava lo trajèct Sud metropolitan dau clan LR. Leis associacions ciutadanas , d’aparament de l’environament, lei comitats que se batèron mai de vint cinc ans, ponchejant l’auvari economic, sociau e ecologic que ne’n podiá resultar per son opinion publica, deuràn encar e encar explicar lo còst decidit dins de « burèus d’estudis », sensa manco se concertar ambé lei populacions : novèlei garas amainatjadas o creadas (Marselha/Sant Carles, La Paulina/Tolon, Sofia-Antipolis/Canas/Niça), pertús en zònas sensiblas en causa de fònts (Nebre), e preservadas (Pargue de Santa Bauma, corredor agricòla dei Mauras), bassacatge irreversible d’espacis remarcables e darrierei tèrras agricòlas escapadas de la quichada urbana. Un projèct que fa sorire a son aise lei galaristas, lo BTP e lei professionaus de l’immobiliari. Provença, tèrra d’experimentacion d’un procès coloniau dempuei de temps aprestat, non rendiu puei qu’es au servici d’un torisme d’afaires, quand lei beneficiaris quitaràn pas de prendre l’avion per anar a Paris, carreg pus eficaç que lo traçat parallèl a l’A8… Es la Messòrga de l’intermodalitat preconizada per F. Tabaròt, la dubertura a la privatizacion e a la concurréncia que se regaudis R. Muselier, enterin que la solucion es de reabilitar lei vias existentas e de ne’n crear de novèlas per un servici dau quotidian e de proximitat. Mai una deis alternativas –Gardana/Carnolas- es mortona, jutjada « non rendiva », mentre que la redubertura de la via Aís/Ronhac es remandada sine die…

   Tot es dich.

   Sabèm pas quant Euròpa prometèt a-n-aquestei captaus. Sabèm tanpauc quant lei 40% dau còst estimats cavaràn lo dèute de la Region, dèute que pagaràn lei Provençaus e seis enfants. Quora Dòna E. Borne crida a France Inter (05/03 a uech oras passadas de 20 mn) que tot projèct LGV es abandonat per afortir puei a la vesprada qu’es siunat, encara Messòrga : mai aquest doble lengatge de E. Macron e de sa ministra dei transpòrts, es una subrefòrta escrocariá. N’eriam persuadits, ara es oficiau.

Gerard TAUTIL
Traduccion : http://locebier.free.fr

-------------------------------
LN-PCA : « Projet vital pour la région Sud » ou escroquerie au service d’une classe politique sans aucune  ambition régionale ?

   C’est l’Arlésienne qui arrive enfin en gare, la LN-PCA qui depuis le débat public de 2005 en Région avait pour but de répondre aux ambitions des trois « métropoles » régionales, Marseille-Nice-Toulon. La logique de concentration métropolitaine qui allait se mettre en place avec les lois MAPTAM (2014), NOTRe (2015) et allait confirmer cette tendance dans le cadre de la politique de mobilité. Après bien des péripéties, c’est un vœu exaucé qui a dépassé toutes les projections chiffrées au départ mais qui, avec l’appui de la nouvelle majorité LR, a  crevé l’œuf  (seulement 25 milliards à l’horizon 2050 pour gagner quelques minutes ?). La gauche, comme à son habitude, avec M. Vauzelle en tête, avait suivi le « projet » au nom de l’emploi et des soi-disant désengorgements du trafic autoroutier entre Marseille, Toulon et Nice. Profitant du vide, le FN s’était engouffré dans l’opposition au projet.

   Dans cette affaire on a mis en avant un avatar : toutes les déclarations tardives en faveur de la proximité étaient là pour mieux justifier une ligne inutile  alors que la formule de la ligne droite pouvait seule répondre à cette logique de technocrate et que la ligne existait déjà. Mais le pouvoir a cédé au parcours métropolitain du clan LR. Les associations citoyennes, de défense de l’environnement, les comités qui se sont battus pendant plus de 25 ans, alertant l’opinion publique du désastre économique, social et écologique qui pouvait en résulter, vont devoir expliquer encore et encore ce que coûte ce projet décidé dans des « bureaux d’études », en dehors de toute concertation avec les populations : nouvelles gares (Marseille/Saint-Charles, La Pioline/Toulon, Antibes/Nice), tunnels en zones sensibles en raison de sources (Evenos), et préservées (parc de la Sainte Baume, couloir des Maures), saccage irrémédiable d’espaces remarquables et des dernières terres agricoles ayant échappé à la pression urbaine. Un projet qui fait sourire d’aise les tunneliers, le BTP et les professionnels de l’immobilier. Provence, terre d’expérimentation au service d’un projet colonial Nord-Sud qui ne sera pas rentable parce que au service d’un tourisme d’affaires, quand les intéressés ne continueront pas à prendre l’avion pour rejoindre la capitale, transport plus efficace que le tracé parallèle à l’A8... C’est le Mensonge de l’inter-modalité préconisée par Ph. Tabarot et l’ouverture à la privatisation et à la concurrence dont se réjouit R. Muselier, alors que la solution est de réhabiliter les voies existantes et d’en créer de nouvelles pour un service du quotidien et de proximité. Mais une des alternatives Gardanne-Carnoules est mort-née car jugée « non rentable ».

Tout est dit.

   Reste à savoir combien l’Europe a promis à ces édiles? Reste à savoir de combien les 40% du coût estimés pour la Région creuseront encore la dette que paieront les Provençaux et leurs enfants ?  Quand Me Borne déclare à France Inter (05/03, à 8h20) que le projet est abandonné pour affirmer le soir même qu’il est signé, il y a encore Mensonge ; ce double langage de E. Macron et de sa ministre aux transports est une escroquerie de première. On en était persuadé, on le sait à présent.





Leis editoriaus precedents