Acuelh / Accueil
Editoriau / Editorial
D'aicí e de'n pertot
Sociau / Social
Politica / Politique
Istòria / Histoire
Cartabèu/Bloc-notes
Societat / Société
En revista / En revue
Botica / Boutique
Forum
Contact

   
   

Editoriau / Editorial

QUORA JAUNEJA UN MOVIMENT SOCIAU - Lo Cebier n° 219 - Nov./dec. de 2018

23 / 11 / 2018 

Quora jauneja un moviment sociau…

   Son dins la carriera, tapan leis intradas d’autorotas, organizats o desorganizats, son lo resson fons d’una societat inquieta en cèrca de solucions.
   La rebombida de l’auça de la benzina a fach desmairat lei raiòus dei maucontents, son de miliers per dire non a Macron. Ges de bescòmpte, es pas una revolucion per ara, puslèu una sortida de rota per Jupiter e sei sòcis afogats de « reformas ». D’intrada, la contèsta a subrepassat lo prètz dau litre de gasòli. Es un racacòr dau viscut sociau que buta en avans un moviment calhòu : dau smicard a l’agroproductivista que fa virar sei dètz-e-sèt tractors, dau pichòt comerçant a l’artesan que tiran pena de son endevenidor, dau chaumaire -diplomat o non - de Pòl Emplec qu’a « travessat carriera » sens trobar responsa a son malèstre, n’an son pron !
  
   Moviment partit dau « malhum sociau », a costat de tota iniciativa sindicala e politica, es vengut lo sauvament esperat dau còs politic a l’agachon. Cadun assaja de far passar lo messatge de sosten ò de participacion, coma la Marina que remembra que lo vòte es per ela la solucion, qu’aquest governament quita pas de portar ajuda au migrant, adonc, es evident que la « preferéncia estrangiera » se fa còntra lei Francés. Diferent es lo messatge melenchonista : elegit a Marselha mai dins un passa-carriera parisenc, saludant la Marselhesa cantada davans l’Elisèu, l’òme afortís que lo moviment dau 17 de novembre es « un exemple d’auto-organizacion ». Melenchon-Lapalisse l’auriá ja dich…
Mentre que lo PS fa un rampèu per d’Estats Generaus dau poder de crompa e de la transicion energetica, la drecha se rassegura, diant que la posicion dau governament es pas tenabla… De notar que la critica de l’impòst e lo mesprètz de l’ecologia son lo fons botiguier de la drecha e de l’extrema drecha.

   En delà leis interés despariers dei partits presents ò absents dins lo moviment dei Gilets jaunes, la traucada d’un moviment basista destòrba abituds e comportaments politics. A senèstra coma a drecha. Tanben au dintre d’un poder que la surditat e l’abséncia dau compromés son estrategicas. Coma que vire, çò que se jòga adès, es lo premier viratge malaisat dau quinquenat. Sortirà de la carriera bòrnia onte s’es embarrat o s’enfangarà un pauc mai ? D’un autre caire, tot moviment espontanèu, per definicion es pas etèrne e, se vòu s’enfortir, se deurà tanben adaptar e imaginar d’autrei rapòrts de fòrça. Sauprà o sauprà pas, es au nís de la sèrp. Après lo 17 de novembre, una pagina blanca esta d’escriure.

Gerard Tautil

---------

Quand un mouvement social vire au jaune

  Ils sont dans la rue, bloquent les péages d'autoroutes,organisés ou pas, ils font écho à une société inquiète à la recherche de solutions.
   Le retentissement de la hausse de l'essence a fait déborder les ruisseaux de mécontents, ils sont des milliers à dire non à Macron. Pas de contre-sens  pas de révolution pour l'instant, juste une sortie de route pour Jupiter et ses supporteurs entichés de "réformes". Dès le début, la contestation a dépassé le prix du gas-oil. C'est un dégoût du vécu social qui mobilise un mouvement bigarré:du smicard a l'agro-productiviste qui fait marcher ses 17 tracteurs, du petit commerçant à l'artisan qui s'inquiètent de leur avenir, du chômeur -diplômé ou pas- de Pôle emploi qui a "traversé la rue" sans avoir de réponse à leur mal-être,ils n'en peuvent plus!
  
   Mouvement parti du "maillon social", en dehors de tout syndicat et parti politique,il est devenu le salut attendu de  tout le corps politique aux aguets. Chacun essaye de faire passer son message de soutien ou de participation, comme la Marine pour qui le vote est la solution face à un gouvernement qui ne cesse d'aider les migrants, évidence que la "préférence étrangère" se fait contre les Français...
   Différent est le message mélenchoniste: élu à Marseille, mais dans un défilé parisien, saluant la Marseillaise chantée devant l'Elysée, l'homme affirme que le mouvement du 17 novembre est un "exemple d'auto-organisation". Mélenchon-Lapalisse l'aurait déjà dit...
Tandis que le PS bat le rappel pour des Etats généraux du pouvoir d'achat et de la transition énergétique, la droite se rassure en disant que la position du gouvernement est intenable.A noter que la critique de l'impôt et l'absence de l'écologie sont le fonds de commerce de la droite et de l'extrême droite.

   Au-delà des intérêts différents des partis présents ou absents dans le mouvement des Gilets jaunes, la trouée d'un mouvement parti de la base dérange habitudes et comportements politiques, à droite comme à gauche.De même au centre d'un pouvoir dont la surdité et l'absence  de tout compromis sont stratégiques. Quoiqu'il en soit, ce qui se joue à peine est le premier virage difficile du quinquennat. Sortira-t-il de l'impasse où il s'est enfermé ou s'embourbera-t-il davantage?
   D'un autre côté tout mouvement spontané, par définition, n'est pas éternel et, s'il veut se renforcer,devra faire s'adapter et inventer de nouveaux rapports de force. Il saura ou ne saura pas, il est au pied du mur. Après le 17 novembre, un page blanche reste à écrire.



Leis editoriaus precedents