Acuelh / Accueil
Editoriau / Editorial
D'aicí e de'n pertot
Sociau / Social
Politica / Politique
Istòria / Histoire
Cartabèu/Bloc-notes
Societat / Société
En revista / En revue
Botica / Boutique
Forum
Contact

   
   

Editoriau / Editorial

LO CEBIER n°213 - Democracia locala : Per lo cas de l'agulha? Novembre/decembre de 2017

27 / 11 / 2018 

Democracia locala

                  PER LO CAS DE L’AGULHA ?

   A l’ora que la situacion catalana pren plaça pauc o pron dins la reflexion ciutadana -çò qu’esperam-, nòstre ambient exagonau nos remembra la realitat mens gloriosa que conoisson Provençaus e Occitans. Lei discors politics oficiaus e lo charafi tecnocratic « republican » que la complisson venon insuportables. Cada reforma territoriala s’esconde darrier un vocabulari gausit a fòrça d’èstre emplegat sens transformacion sociala. Progrès, modernitat, eficacitat.., quantei mòts que valan çò que ne’n fan leis òmes que vivon aicí. La democracia locala adòrna aquela mistificacion renovèlada. Per pròva? Lei restriccions financieras fachas ai collectivitats localas mentre que lo juec mediatic destòrna l’atencion en volontats efemèras de baissar lei revenguts deis elegits, parlementaris o non, e dei politicas localas per donar mai ai gigants de l’industria e de la finança…

   D’economias d’escala, es lo cas de va dire. Se gandís una politica que, en luòga de donar ai collectivitats lei mejans d’un desvolopament contrarolat e creator de richessas per lo monde d’abàs, t’esquicha la peissalha.

   Tornarem dire que lei pichòtei comunas, e mai leis intercomunalitats, son administradas au mens disent dau temps que la concentracion metropolitana se jòga còntra lei regions, e mai còntra lo despartament aquela relíquia dau sègle XVIIIen… E la lei NOTRE (2015), luench d’amaisar la concurréncia dei territòris empielats, refortís un centralisme que fa bèla part a temps passat. Macron après Hollande t’adutz la meteissa politica « ni de senèstra nimai de drecha », adonc de drecha!

  Ata, la democracia locala en question ? Quina democracia a la gacha-empega quand lo locau pòt pesqui pas viure d’espereu e que la concentracion demografica aponde sei problèmas dins lei metropòlis e lei vilas ? Quand lei territòris ruraus acaban de se vujar tant que non sai de son capitau uman, de sei sabers-faire? Quand se bota en plaça una autra logica de transformacion sociala e sociologica coloniala que s’aparia amb lei discors umanistas ipocritas ? Podèm encara pensar d’espacis de ciutadanatge e de libertat creators? De reformas vertadieras que donarián de poders a aquelei que fan bolhir la pinhata ? A premiera vista son luench d’èstre programadas per lei nanets politics que nos governan e la poténçia de l’argent que decèssa pas d’aprofichar la situacion. La democracia locala sembla una paraula vana qu’assajariá de passar per lo cas de l’agulha.
Novembre de 2017
Gerard TAUTIL

----------------------------------------

DEMOCRATIE LOCALE
Par le chas de l'aiguille?

   Au moment où la situation catalane prend place plus ou moins dans la réflexion citoyenne - ce que nous espérons-, notre environnement hexagonal nous rappelle la réalité moins glorieuse que connaissent Provençaux et Occitans. Les discours politiques officiels et le patès technocratique "républicain" qui le réalisent deviennent insupportables. Chaque réforme territoriale se cache derrière un vocabulaire usé à force d'être employé sans transformation sociale.Progrès, modernité, efficacité.., autant de mots qui valent ce qu'en font les hommes qui vivent ici.La démocratie locale illustre cette mystification renouvelée. Pour preuve? Les restrictions financières faites aux collectivités locales tandis que le jeu médiatique détourne l'attention en volontés éphémères de baisser les revenus des élus -parlementaires ou non-,et des politiques locales pour donner davantage aux géants de l'industrie et de la finance...
  
   Economies d'échelle, c'est bien le cas de le dire. On s'est engagé dans une politique qui, au lieu de donner aux collectivités les moyens d'un développement contrôlé et créateur de richesses pour les gens d'ici-bas, vous essore le menu fretin.

   Nous dirons encore que les petites communes et même les intercommunalités sont administrées au moins disant alors que la concentration métropolitaine joue contre les régions et même contre le département, cette relique du XVIIIe siècle. Et la loi NOTRE (2015), loin d'apaiser la concurrence entre les territoires empilés, renforce un centralisme qui fait la part belle à une période dépassée.Macron après Hollande assure cette même politique "ni de gauche ni de droite", donc de droite!

   Pardi, la démocratie locale en question? Quelle démocratie  sans soin quand le local ne peut même pas vivre par lui-même et que la pression démographique transporte ses problèmes dans les métropoles et les villes? Quand les territoires ruraux achèvent de se vider  au plus haut point de leur capital humain, de leurs savoirs-faire? Quand se met en place une autre logique de transformation sociale et sociologique coloniale drapée de discours humanistes hypocrites? Pouvons-nous encore penser des espaces de citoyenneté et de liberté créateurs? De véritables réformes qui donneraient des pouvoirs à ceux qui font bouillir la marmite? Elles sont loin d'être programmées, à première vue, par les nains politiques qui nous gouvernent et la puissance de l'argent qui ne cesse de profiter de la situation. La démocratie locale est comme un mot vain qui tenterait de passer par le chas de l'aiguille.

Gérard Tautil



Leis editoriaus precedents