Acuelh / Accueil
Editoriau / Editorial
D'aicí e de'n pertot
Sociau / Social
Politica / Politique
Istòria / Histoire
Cartabèu/Bloc-notes
Societat / Société
En revista / En revue
Botica / Boutique
Forum
Contact

   
   

Sociau / Social


Le scandale de l'amiante. S.F.
26 / 07 / 2016 101 lu(s) 
LE SCANDALE DE L’AMIANTE

   Etrange coïncidence, lorsque j'ai pris connaissance de l'article sur l'amiante dans le dernier Occitania, j'avais précisément l'intention d'en écrire un car j'étais (et je suis toujours) très en colère : je venais d'apprendre qu'une personne des mes connaissances, ancien marin (militaire) qui, comme beaucoup de travailleurs, a été au contact de l'amiante, était atteint du terrible mésothéliome. Il se savait à risque ; dès qu'il a ressenti des douleurs et un essoufflement évoquant une pleurésie, il y a pensé mais les médecins ont mis plus de trois mois à faire leur diagnostic. Un comble, de la part de plusieurs représentants de la profession médicale de la région toulonnaise qui est pourtant très concernée, en tant que port militaire.

   Depuis les années 1930, on connaissait les effets délétères de l'amiante ; malgré cela, des chefs d'entreprise (Eternit, mine d'amiante de Canari en Corse, plombiers, garagistes) mais aussi des décideurs du secteur public (éducation nationale, armée) ont sciemment envoyé à la mort des centaines de salariés et parfois leurs proches (contaminés par les poussières que le travailleur transportait sur lui).

   Certes, face à ce scandale, quelques mesures ont été prises pour accompagner les malades et leurs familles. Ainsi, les « maladies  de l'amiante » (asbestose, mésothéliome), sont automatiquement reconnues en tant que maladies professionnelles. Mais je me pose toujours la même question : le citoyen trouve normal qu'une personne qui a commis un meurtre, parfois sur un coup de colère ou de folie, soit condamné à trente ans de prison...Pourquoi ne demande t-il pas à son député de changer la loi afin que ces assassins de masse qui, tranquillement assis à leur bureau, ont décidé de la mort de centaines de personnes, pour de sordides motifs économiques, ne soient pas également passibles de lourdes peines de prison : il y a pourtant bien meurtres « en série » avec préméditation.

   Et, lorsque la responsabilité de la personne physique est trop difficile à démontrer, pourquoi la personne morale (l'entreprise privée, l’État) n'est-elle elle-même pas condamnée à de très lourdes amendes, qui seraient dédiées en partie à un dédommagement substantiel du malade et de ses proches, en partie à la recherche médicale et qui la dissuaderaient peut-être de recommencer !

   Il existe quelques malades de l'amiante qui survivent, parfois depuis 20 ans, au prix de traitements pénibles ; on ne peut qu'espérer des progrès rapides qui permettront de soigner et de guérir ...Mais d'autres scandales sont à nos portes : les pesticides, les perturbateurs endocriniens, l'aluminium...La liste est longue. L'amiante n'aura même pas servi d'exemple.

S.F.

Retorn