Acuelh / Accueil
Editoriau / Editorial
D'aicí e de'n pertot
Sociau / Social
Politica / Politique
Istòria / Histoire
Cartabèu/Bloc-notes
Societat / Société
En revista / En revue
Botica / Boutique
Forum
Contact

   
   

D'aicí e de'n pertot


Sus lei piadas d'un occitanisme democratic : Robèrt Antoni GAGÒ (oc.fr)
17 / 06 / 2019 45 lu(s) 
             ROBÈRT ANTÒNI  GAGÒ

   Malaisat de resumir per quauquei mots la vida de Robèrt- Antòni GAGÒ. M’acontentarai de remembrar tant lo caminament de l’òme e dau militant, lei valors sempre mesas en davant e aparadas, coma tot çò fa un amic qu’avèm costejat quasi cinquanta ans adarrè.
   Quora se siam coneissuts au mitan deis annadas setanta, aviam de caminaments pròches sensa va saber. Just passat 68 – aviá seguit un ensenhament d’istòria a l’universitat de Niça-, cadun cercava una draia pròpria, èra pas aisat dins aquela societat francesa pastada d’abituds conformistas e reaccionàrias. La pontannada coloniala pegava ai fonccionaments dei governaments successius. La màger part dei partits, enviscats dins aquela constitucion de la Vena Republica, vesiá son sauvament que dins de torns de taula presidencialistas ; e Robèrt, fonsament anticolonialista e democrata dins seis actes va denonciava de contúnia.
   Per ne’n sortir, nos rampelavan lei solucions localas, qu’anavan cotria d’amiras globalas, totjorn pròchas de nòstreis experiéncias viscudas. Antau chausiguèt Robèrt son camin occitanista : se l’i trobava un encaminament culturau e politic democratic, dubert, identitari. La lenga d’Oc, l’Occitan provençau n’èra lo liam. Lei moviments sociaus anavan totplen de vòlha dau Larzac a Lip. La joinessa tornava a l’endavant, èra ai rendètz-vos. Aviam l’escasença ambé d’uneis occitanistas de tria – lei fraires Roqueta, Robèrt Lafont e mai-  de concretizar en Provença aqueste camin entredubert. Adonc en Provença, la question culturala siguèt au dintre de nòstrei caminaments pluraus. L’identitat que concebiam aviá ren de negatiu. Es quauquaren que cadun bastís o eireta, soventei fes lei dos au còp, es lo fondament antropologic de tot èstre uman, au còp individuau, sociau e collectiu. Encuei, lei pòrtaparaulas dau neoliberalisme an pron comprès que la destruccion de tota identitat, la dissolucion de tota comunitat son tanben una dei condicions per l’extension sauvatja dei mercats. Es donc a l’identitat d’Òc de se parar e de prepausar. Robèrt l’aviá comprès. Se siam retrobats en 1981 dins esto engatjament, sòcis dau burèu nacionau dau Movement Socialista e Autonomista Occitan.
  Aquest enracinament dins l’occitanisme politic voliá dire quauquaren per Robèrt e nautrei : es dins lo viscut que s’inventa la vida, e totei lei camins son possibles. E mai que lei crespacions dau temps politic, efemèras mai ben presentas, nos obligan a se batre jornalament, nos impuran a denonciar leis escorchis reductors que lo camp dau poder vòu sempre impausar. Ansin, sabiá lo Robèrt que la formula republicana Libertat-Egalitat-Fraternitat  valiá que per d’experiéncias concretas, iniciadas e contrarotladas per lei ciutadans. Sabiá que l’egalitat èra a l’opausat de tota omogeneitat, de tota integracion- assimilacion que passa per lo mòtle unic e que sensa lei diferéncias que fan la persona, es caricatura de libertat, un jo impausat ai ciutadans, una gabiòla de l’esperit, adonc un mòt vuege de sens. Per eu, lei Lumes podián èstre que la traduccion concreta de tota accion morala, luenh d’una universalitat abstracha.

   Li agradava de remembrar aquesta pensada de Aimat Cesari :
« Deguna doctrina vau que repensada per nautrei, repensada per nautrei, convertida  a nautrei.
  L’i a dos biais de se perdre : per segregacion encafornada dins lo particular o per dissolucion dins l’universau. »
  
   Es una dei vertuts dei chausidas que faguèt siunas. E l’idèa d’autonomia èra una traduccion senada e concreta per lei personas e lei causidas prepausadas. Siguèsson lo rebat de l’autonomia dau subjèct, dei drechs dei fremas, ò l’autonomia dei territòris e dei pòbles, aquesta afirmacion de la larguesa occitana, aquela liberalitat au dintre de son èstre, èra totjorn la valor majorala. E l’eslogan Gobernem-nos ! èra ges formula crosa mai un crèdo en bosca de solucions.

   Es aquest enrasigament dau locau au globau que donèt sens a sa vida, siá dins lo trabalh de mèstre de chai, sei relacions ambé lo personau de l’entrepresa (netejava lei cuvas per que lei obriers patisson pas dei gas nocius), siá son engatjament dins lo moviment associatiu.
   E aquí, sa preséncia regulara siguèt presada per aquelei que l’an coneissut. Ambé sa molher Anhès, dins l’accion dau Collectiu Stop-LGV- Sud Santa Bauma, siguèt soventei-fes a  l’iniciativa dau militantisme  jornalier. A sachut se faire presar per lei sòcis dau Conseu de desvolopament dau Pargue naturau regionau de Santa Bauma, sotalinhant la contradiccion entre aqueste projèct e lo passatge en fòrça de la Region per una linha de granda velocitat que responde pas ges ai besonhs dei Provençaus en cèrca de desplaçaments dau quotidian. Siguèt tanben cooperator de l’ecologia, portaire de solucions comunas ambé son esperit d’òme d’Òc, son pensament collegiau coma son esperit d’independéncia sovent apreciats.

   De Robèrt, gardem lo sovenir d’un amic pròche, dubert a la paraula, qu’esitava pas tanben d’èstre reborsier per far avançar una idèa, un projèct. Remembrem-nos son gentum dins seis escambis e sa disponibilitat d’escota.
   A tota sa familha, Anhès, Clara, Victor e Floriana, van nòstrei pensadas afectuosas, per partejar sa pena, nòstra pena.

G.T

------------

SUR LES PAS D'UN OCCITANISME DEMOCRATIQUE :
ROBERT ANTOINE GAGO

   Difficile de résumer en quelques mots la vie de Robert-Antoine GAGO.
   Je me contenterai de rappeler le parcours de l’homme et du militant et des valeurs qu’il a toujours mises en avant et défendues. Comme le parcours d’un ami proche que nous avons côtoyé pour certains d’entre nous pendant près de 50 ans.
   Quand nous nous sommes connus au milieu des années 70, nous avions des cheminements proches sans le savoir. Après la sortie de 68, (il avait suivi un cursus d’histoire à l’université de Nice) chacun cherchait sa voie et ce n’était pas facile dans cette société française pétrie de traditions conformistes et réactionnaires. La période coloniale collait à la peau des gouvernements successifs. La majorité des partis englués dans cette constitution de la Ve République n’avait d’yeux que pour des tours de table présidentialistes, et Robert, anti-colonialiste et démocrate, par principe et dans ses actes, l’a toujours dénoncé.
   Pour en sortir, les solutions locales nous faisaient signe en relation avec des perspectives globales, mais toujours proches de nos expériences vécues. C’est ainsi que Robert a choisi son chemin d’occitaniste : on y prônait une démarche culturelle et politique démocratique, ouverte, et identitaire. La Langue d’Oc, l’occitan provençal, en était le lien. Les mouvements sociaux étaient dynamiques, du Larzac à Lip. La jeunesse se remettait en mouvement, la jeunesse était aux rendez-vous. Nous avions l’occasion avec les représentants de l’occitanisme –les frères Jean et Yves Rouquette, Robert Lafont, et beaucoup d’autres encore- mais en Provence de concrétiser ce chemin entrouvert. C’est ainsi que la question de l’identité culturelle fut au centre de nos cheminements pluriels. L’identité telle que nous la concevions n’a rien de négatif. C’est une valeur que chacun construit ou hérite, souvent les deux à la fois, elle est le fondement anthropologique de tout être humain, à la fois sur le plan individuel, social et collectif. Aujourd’hui, les chantres du néo-libéralisme ont bien compris que la destruction de toute identité, la dissolution de toute communauté sont aussi une des conditions pour l’extension sauvage des marchés. L’identité d’Oc doit donc se défendre et proposer. Robert l’avait compris. Et c’est dans cet engagement que nous nous sommes retrouvés en 1981 membres du Bureau national du Mouvement Socialiste et Autonomiste Occitan Volèm Viure Al Pais.

   Cet enracinement dans l’occitanisme politique voulait dire pour Robert et nous-mêmes que c’est à partir du vécu que la vie s’invente et que tous les chemins sont possibles. Mais aussi que les crispations du temps politique, certes éphémères mais bien présentes, nous obligent à nous battre au quotidien, nous incitent à dénoncer les raccourcis réducteurs que le camp adverse du pouvoir en place veut toujours imposer. Ainsi Robert savait que la formule républicaine Liberté- Egalité-Fraternité ne valait que confrontés aux expériences concrètes que les citoyens peuvent initier et contrôler. Il savait que l’égalité était à l’opposé de toute homogénéisation, de toute intégration- assimilation réduite par un moule unique et que sans la prise en compte des différences qui font une personne, elle n’est qu’une caricature de liberté, un carcan imposé aux citoyens, une prison de l’esprit, donc, un mot vide de sens. Les Lumières n’avaient de sens pour lui que comme la traduction concrète de toute action morale, loin d’une universalité abstraite.

   Et il se plaisait à rappeler cette pensée d’Aimé Césaire :
    « Aucune doctrine ne vaut que repensée par nous, que repensée pour nous,  que convertie à nous ».
     « Il y a deux manières de se perdre : par ségrégation murée dans le particulier ou par dilution dans l’universel ».

   C’est là, je pense, une des caractéristiques fondamentales qui a guidé ses choix. L’idée d’autonomie n’avait de sens que comme une traduction concrète pour les personnes et les solutions préconisées. Qu’elles soient le reflet de l’autonomie du sujet, des droits de la femme ou l’autonomie des territoires et des peuples, cette affirmation de la larguesa occitane, cette libéralité au plus profond de son être était toujours une valeur directrice. Et le slogan « Gobernem-nos » n’était pas une formule creuse mais un credo en recherche de solutions.

   C’est cet enracinement du local au global qui donna tout son sens à sa vie, que ce soit dans son travail de Maître de chaix, ses relations avec le personnel de son entreprise (il nettoyait les cuves pour que les ouvriers ne pâtissent pas des effets gazeux nocifs), son engagement dans le mouvement associatif.

   Et là, sa présence régulière a été appréciée par tous ceux qui l’ont connu. Sa présence dans le Collectif Stop LGV Sud Sainte-Baume a été déterminant avec Agnès son épouse dans la relance des initiatives ou le militantisme quotidien. Il a su aussi se faire apprécier par les membres du Conseil de Développement du Parc naturel de la Sainte-Baume, soulignant la contradiction entre ce projet et l’imposition par la Région d’une Ligne Nouvelle à grande vitesse ne répondant pas aux nécessités de transport du quotidien pour les Provençaux. Il fut aussi un coopérateur  de l’écologie, apportant sa sensibilité d’homme d’Oc dans des démarches communes, son esprit de collégialité comme son indépendance d’esprit souvent appréciés.

   De Robert, retenons le souvenir d’un ami proche, ouvert au dialogue, qui n’hésitait pas aussi à être souvent à contrepied pour faire avancer une idée, un projet. Retenons sa gentillesse dans ses relations quotidiennes et sa capacité d’écoute.

   Que Agnès, Claire, Victor et toute sa famille reçoivent ici tout notre soutien affectueux et nous permettent de partager leur peine, notre peine.
  





Retorn