Acuelh / Accueil
Editoriau / Editorial
D'aicí e de'n pertot
Sociau / Social
Politica / Politique
Istòria / Histoire
Cartabèu/Bloc-notes
Societat / Société
En revista / En revue
Botica / Boutique
Forum
Contact

   
   

Societat / Société


MASSILIA BETON SYSTEME. Christine FINDAL
20 / 03 / 2019 52 lu(s) 
MASSILIA  BÉTON  SYSTÈME

   A Marseille, les espaces verts, déjà rares et très mal répartis, se voient menacés : au Parc Longchamp, plusieurs parcelles sont déclassées dans le PLUI, ce qui à terme permettra de construire des " équipements", en plus du parking en projet, et donc de bétonner.
   Au parc Valmer, la construction d'un hôtel 5 étoiles ( où bien sûr je pourrai adresser mes amis en visite si je n'ai pas de place chez moi), réduirait  l'espace vert qui n'a déjà que 1,6 hectares.
   A la Plaine, nos petits-enfants ne joueront pas à l'ombre des tilleuls coupés, ni à celle des arbres censés les remplacer, la Mairie n'ayant pas trouvé de recette pour faire grandir plus vite les espèces ( autochtones , les seules susceptibles de durer)
   Sur la carrière antique de la Corderie, seuls 600 m sur 6000 m doivent être préservés, il y a peu de chance que ce petit espace puisse retrouver les arbres qui le recouvrait, avant le projet d'immeuble.
   Dans mon quartier, le terrain " Chanterelle" est un vaste chantier en construction depuis 2 ans, dont les immeubles privent tout le périmètre d'ensoleillement, ce sera un lieu totalement fermé et sans aucun espace public, fût-ce un square.
Bien entendu, les arbres ont disparu.
   A la Belle de Mai, que va devenir le jardin Levat au terme du contrat passé entre la Ville et les artistes? Son verger, son potager collectif (dans le quartier le plus pauvre de France) ?
  Sur le vieux Port, un figuier meurt de solitude, et tout le monde s'ébahit sous l'ombrière, mais le banc ayant été mis au ban, pour faire une pause tu dois t'asseoir par terre.....
   Le vert disparaît dans une ville polluée qui sans le Mistral serait en alerte rouge , et en même temps l'espace public et ouvert qui souvent l'accompagne.
   Dans bien des rues, la végétalisation ( à l'initiative, et sous la responsabilité des habitants) n'est même pas envisageable, étant donné que les voitures sont garées sur le trottoir; etc, etc
   On voit bien que défendre " le vert" est bien souvent défendre les derniers espaces publics, ouverts, lieux de sociabilité et de liberté de mouvement pour les enfants, contraints le reste du temps.
   Je serai très attentive aux prochains candidats écologistes, en espérant qu'ils ne soient pas des parachutés ou des petits bourgeois déconnectés des réalités sociales.

Marseille, ce 27 Janvier 2019
Christine FINDAL
----------------------------------------

Retorn