Acuelh / Accueil
Editoriau / Editorial
D'aicí e de'n pertot
Sociau / Social
Politica / Politique
Istòria / Histoire
Cartabèu/Bloc-notes
Societat / Société
En revista / En revue
Botica / Boutique
Forum
Contact

   
   

Editoriau / Editorial

Empassar la potinga jacobino-liberala fins qu' a la lia? (Occitania-Lo Cebier N°205 - Estiu de 2016)

25 / 07 / 2016 

                 EMPASSAR
      LA POTINGA JACOBINO-LIBERALA
            FINS QU’A LA LIA ?

  Despuei d’annadas, l’encantaire Valls-Merlin encanta aquelei que vòlon ben se laissar envertolhar. La debanada de sa politica economica que tèn luec de politica generala es pas nòva.  Disiá fa gaire : «  la Senèstra s’esmarra dins de principis sens s’avisar de la realitat. » Fa quatre ans ja, avans de venir ministre, reclamava la disparicion dau vocabulari dei « mòts que vòlon plus ren dire ò que son despassats : « cambarada », « socialisme », « partit ». Segur que lei mòts assajan de dire la realitat, mentre que lei faire disparéisser es la solucion... Degun i aviá pensat. Un grandmercé per la leiçon de prestidigitacion, lei rancuraires son que passadistas e encapan pas l’indefugibla passada « reformista ».

  E lo virament de man de contuniar que la tòca anoncia la sortida. La sociala democracia europenca aviá ja durbit lo talh e F. Hollande, cap dau P.S. de 1997 a 2008, èra partisan de l’integracion ai mercats financiers. Se compren perqué Valls l’ambiciόs es vengut lo totòbra  (provisòri) de Hollande. L’escobatge d’idèas de senèstra per lei dos òmes (programa 2010) s’endevèn ambé la bastison d’una estrategia centrista per la presidenciala : ganhar de terren fàcia ai capoliers de drecha, fargar un recampament neblόs, « republican » e moderat. Per èstre davant la drecha au segond torn còntra lo F.N. Lo pantais estrategic acarat ai sondatges s’encamina vèrs lo fracàs politic d’abriu 2002.

   Qunta leiçon tirar e que tot lo monde - o quasi - pòt faire ?
   Passar l’eleccion de l’escatologia  presidencialista qu’es dins la logica dau ferrolh de la Vena Republica bonaparto - republicana e l’eleccion dau cap-president, l’eiretier dau centralisme istoric. Contuniam dins aquela rega? Aquela logica antidemocratica que se desalena despuei 1958 pòt laissar de caire tot lo monde, levat lo F.N. que se presenta ara còntra « l’establiment » e lo sistèma en plaça. Laissarem faire e empassarem la potinga fins qu’a la lia ? Verai, dins un endevenidor favorable ai pustulas macronistas a bòudre, lo ciutadan es vengut pescador e la via reiala es dubèrta au frontisme. Lo F.N. es bèn de bon l’enfanton de la Vena Republica.

     Gerard TAUTIL

-----------------------------------------
Traduccion :

AVALER LA POTION JACOBINO-LIBERALE JUSQU'A LA LIE?

   Depuis des années l'enchanteur Valls-Merlin n'enchante que ceux qui veulent bien se laisser entortille. La débâcle de sa politique économique qui tient lieu de politique générale n'est pas nouvelle. Ne disait-il pas il y a guère : "La Gauche s'égare dans des principes sans tenir compte de la réalité. Il y a quatre ans, avant de devenir ministre, il réclamait la disparition du vocabulaire des mots qui ne veulent plus rien dire ou qui sont dépassés : "camarades, parti, socialisme". Il est
certain  que les mots essaient de dire la réalité,tandis que les faire disparaître est la solution... personne n'y avait pensé.Un grand merci pour la leçon de prestidigitation,les râleurs sont des passéistes et ils ne comprennent pas l'incontournable passage "réformiste".

   Et le tour de passe-passe de continuer, le but annonce la sortie.La sociale démocratie européenne avait déjà ouvert ce chantier et F. Hollande, chef du P.S. de 1997 à 2008, était partisan de l'ouverture aux marchés financiers.On comprend pourquoi Valls l'ambitieux,est devenu l'homme à tout faire (provisoire) de F.Hollande. Le balayage des idées de gauche par les deux hommes (programme 2010) s'harmonise avec la construction d'une stratégie centriste pour la présidentielle: gagner du terrain sur les chefs de la Droite,forger un rassemblement nébuleux, "républicain" et modéré. Afin d'être devant la Droite au second tour devant le F.N. Le rêve stratégique confronté aux sondages s'achemine vers le fracas politique d'avril 2002.

   Quelle leçon tirer, leçon que quasiment tout le monde peut faire?
   Dépasser l'élection de l'eschatologie présidentielle qui est dans la logique du verrou de la Ve République bonaparto-républicaine et de l'élection du chef-président, l'héritier du centralisme historique.On continue dans cette voie? Cette logique antidémocratique qui s'essouffle depuis 1958 peut laisser sur le bas de la route toute le monde, excepté le F.N.qui se présente actuellement contre "l'établissement" et le système en place. Laisserons-nous faire et avalerons-nous cette potion jusqu'à la lie? Il est vrai que dans un avenir favorable aux pustules macronistes à profusion, le citoyen est devenu pêcheur à la ligne, laissant la porte grande ouverte au frontisme. Le F.N. est bel et bien devenu le petit enfant de la Ve République."
  


Leis editoriaus precedents