Acuelh / Accueil
Editoriau / Editorial
D'aicí e de'n pertot
Sociau / Social
Politica / Politique
Istòria / Histoire
Cartabèu/Bloc-notes
Societat / Société
En revista / En revue
Botica / Boutique
Forum
Contact

   
   

Editoriau / Editorial

L'APRES MONTPELHIER Occitania/Lo Cebier N° 201 - (Nov- Dec 2015)

18 / 11 / 2015 

L'APRES MONTPELHIER

   De tota l'Occitània son venguts d’occitanistas per aquela sequéncia 2015 de revendicacion per la lenga occitana. De miliers an marchat, entre 4000/6000 per la políçia e 15000 per leis organisators. L’i èri de la començança a la fin,e aconseguèri lo passacarriera, dins la remonta dau cortègi. Lei 15000 personas i èran ben. O vos pòdi assegurar dempuei mai de quaranta ans que manifèsti.

   Per faire un rendut-còmpte objectiu, unei an trobat que leichifras i èran pas e que lei 30 000 de Tolosa fasián mai lo pes ;e mai sensa comptador, èra evident
esto còp. D’autrei an dich que lei formas de la manifestacion èran despassadas e que faliá trobar d’autrei menas d’intervencions. Vos parli pas d’aquelei qu’an refusat devenir en causa de la chausida dau luec.
Èran bensai convencuts qu’avián agut rason de i èstre pas, bòrd que a vista de nas, fasián la diferéncia… La politica de la cadiera vueja a d’efèctes inesperats.
Efèctes de revirament garantits.Lo monde occitanista pòt totjorn cercar l’error dins ò fòra son camp, de tot biais l’aviá mens de monde dins la carriera- e subretot lo percors de Montpelhier èra descentrat - leis estatjants èran dins lo centre istoric -, franc la plaça de la Comèdia, e pauc nombros sus la caminada. La prefectura aviá pron espinchat lo scenari bas de l’estirada.

   Lo monde occitanista pòt totjorn dire que l’aire dau temps èra ja dins la desfacha anonciada d’una senèstra desbandada, portarèla de renonciaments successius,la Carta estent lo darrier esvari. Uneis occitanistas pòdon totjorn dire que la recèpta dei manifestacions es per chanjar,que lei joines esperan autra causa per organizar la relèva, que lei mejans de comunicacion modèrns son l’avenidor e que deman floriràn mila flors. Es çò que
liègi entre lei linhas.Tot esperant la seguida, non pas la « fin d’un cicle » coma es estat escrich amb nuança dins "La Setmana". La besonha presenta seriá puslèu d’espepidonar lei formas de recampaments dins lo temps e subretot de defugir lei solucions unencas per sauvar la lenga. La concertacion de cadun es d’actualitat e lei rèflexes culturalistas de capeleta son de cessar per se durbir a la societat dins cada region amb seirecampaments prò-pris pereu. Dins aqueleis endevenènças dei respònsas pluralas, una manifestacion centrala es pas de laissar de caire nimai lo temps tròp long de sa realizacion. Sens oblidar lei respònsas juridicopoliticas e la ligason amb lei moviments pròchis de l’exagòn qu’òbran dins lo meteis sens. L’occitanisme es pas centre dau Monde !

   Seriá ben de posquer dire que lo moviment occitan es arribat a l’estat d’un òme (o d’una frema) fach-a e qu’es subretot pas d’actualitat de largar la presa per l’ombra.

Gérard TAUTIL

-------------

L'APRES MONTPELLIER

   Ils sont venus de toute l'Occitanie pour cette séquence 2015 de revendication pour la langue occitane. Des milliers int marché, entre 400-6000 pour la police et 15 000 pour les organisateurs. J'y étais du commencement à la fin et j'accompagnais le défilé, tout en remontant le le cortège. Les 15 000 personnes y étaient bien. Je peux vous l'assurer depuis plus de 40 ans que je manifeste.

   Pour faire un compte-rendu objectif, certains ont trouvé que les chiffres n'y étaient pas et que les 30 000 de Toulouse faisaient davantage le poids; même sans compteur, c'était évident cette fois-ci. D'autres ont dit que les formes de la manifestation étaient dépassées et qu'il fallait trouver d'autres sortes d 'interventions. Je ne vous parle pas de ceux qui ont refusé de venir en raison  du choix du leiu. Ils étaient sans doute convaincus d'avoir raison de n'y être pas, puisque que, à vue de nez, ils faisaient la différence... La politique de la chaise vide a des effets inattendus. Effets  d'échec garantis.

   L'occitanisme peut toujours chercher l'erreur dans ou hors de son camp, de toute manière il y avait moins de monde dans la rue -surtout le parcours de Montpellier était décentré, les habitants étaient dans le centre historique-, à l'exception de la place de la Comédie, et peu nombreux sur le parcours. La préfecture avait bien trié le scénario bas du tracé. Les occitanistes peuvent toujours dire que l'air du temps anticipait la défaite annoncée d'une gauche dispersée, porteuse de renoncements successifs, la Charte étant le dernier écart. Certains occitanistes peuvent toujours dire que la recette des manifestations doit changer, que les jeunes attendent autre chose pour organiser la relève et ue les moyens de communication modernes sont l'avenir, et que demain fleuriront mille fleurs...C'est bien ce que je lis entre les lignes.

   Attendons la suite, non pas "la fin d'un cycle", comme cela a été écrit avec nuance dans La Setmana. Le travail actuel devrait être d'analyser avec précision toutes les formes de rassemblements dans le temps et surtout de fuir les solutions iniques pour sauver la langue. La concertation de tous est d'actualité et les réflexes culturalistes de chapelle doivent cesser pour s'ouvrir à la société dans chaque région avec également ses propres rassemblements.  Dans ces circonstances des réponses plurielles, une manifestation centrale ne doit pas être abandonnée ni un temps trop long de réalisation.Sans oublier les réponses juridico-politiques et la liaison avec les mouvements proches de l'hexagone qui oeuvrent dans le même sens. L'occitanisme n'est pas le centre du Monde!

  Il serait positif de pouvoir dire que le mouvement occitan est arrivé à l'état d'homme( ou d'une femme)fait-e et qu'il n'est surtout pas d'actualité de lâcher la proie pour l'ombre.

Gérard TAUTIL


Leis editoriaus precedents