Acuelh / Accueil
Editoriau / Editorial
D'aicí e de'n pertot
Sociau / Social
Politica / Politique
Istòria / Histoire
Cartabèu/Bloc-notes
Societat / Société
En revista / En revue
Botica / Boutique
Forum
Contact

   
   

Politica / Politique


Aurons-noius des régionales en juin? H. Guerrera
27 / 04 / 2021 378 lu(s) 
AURONS-NOUS DES REGIONALES EN JUIN ?

  A l’heure où j’écris ces lignes nous sommes, à nouveau, victimes d’un confinement même si l’exécutif qui a inventé « l’enfermement du dehors » refuse que l’on emploie ce nom devenu tabou. Sera-t-il suffisamment efficace pour faire reculer la pandémie et nous permettre de voter dans d’autres conditions que celles de l’inacceptable premier tour du scrutin municipal de l’an dernier ?

  Qui peut réellement dire si la « tenaille jupitérienne », bizarrement on aurait plus vu un fagot d’éclairs qu’un bien banal article de bricolage, avec d’un côté les freins à nos déplacements, la fermeture anticipée des écoles et des commerces… et de l’autre la course à la vaccination va permettre une réelle diminution des taux d’incidence ?
   S’ils reviennent à des niveaux acceptables en tout cas compatibles avec une prise en charge correcte des malades par l’hôpital alors oui le vote aura du sens. A l’inverse, si les électrices et les électeurs devaient être à nouveau terrorisés par les conditions sanitaires avec pour conséquence une abstention massive comme celle du mois de Mars 2020, près de 70% dans nos villes, il nous faudrait alors dénoncer une nouvelle pantomime de démocratie.

  Quoiqu’il en soit nous nous donnons les moyens avec le rassemblement « Oui la Provence ! » de préparer ce scrutin qui pour les régionalistes, autonomistes, fédéralistes que nous sommes est majeur. « Oui la Provence ! » suscite en effet avec nombre de jeunes qui sont venus enrichir le rassemblement un réel enthousiasme.

  Certes tout n’est pas parfait, les propositions programmatiques restant sans doute à affiner, le rassemblement à renforcer, mais la volonté est là et l’espoir bien réel.
   Et surtout quand on voit ce qui se passe chez nos amis écologistes ou dans le rassemblement unitaire en PACA comme ils disent « Il est temps » qui ressemble de plus en plus à un vieux cartel des gauches qu’à un incubateur de démarches citoyennes.
   EELV avait désigné avec Olivier Dubuquoy une tête de liste totalement « régionalo - compatible”. Chercheur, acteur de terrain, ce militant infatigable, ce vrai écologiste avait les atouts pour rassembler largement dans son camp et au-delà. C’était sans compter sur les habituelles tambouilles politiciennes. Pour une courte majorité « droito - compatible », sous la pression de « Sud Ecologie » des amis de Governatori, Jean-Laurent Félizia était à son tour investi. Il a pris la tête d’un rassemblement écologiste stricto sensu et appelle les formations de gauche à le rejoindre mais sous cette seule bannière. Sera-t-il entendu ?

   C’est fort douteux et l’on s’achemine sans doute et au détriment d’une certaine efficacité électorale à la multiplication de listes enclenchant ainsi et une nouvelle fois la machine à perdre avec la perspective ô combien peu reluisante d’un nouveau duel Muselier – Mariani qui mènera le RN en PACA ou dans le SUD, car le FN fait apparaître notre région que sous ses sigles aussi idiots que dégradants.
  Certes, on pourra toujours dire, et ce ne sera pas non plus inexact, que « Oui la Provence ! » n’est qu’une démarche de plus participant de cette désunion mortifère. Oui mais voilà, pour s’allier il faut être partenaires, réellement partenaires, et partager un « continuum idéologique ».

   Qu’avons-nous en commun avec des environnementalistes que nous ne croisons jamais sur le terrain  y compris dans des bagarres pour défendre la terre, le climat, le patrimoine arboré, la langue et la culture occitanes ? Qu’avons-nous en commun avec l’AEI de Governatori et ses pratiques politiciennes douteuses ?
   Comment ne pas considérer que ce qui se joue dans « Il est temps » ressemble plus à une bataille pour avoir des postes dans une opposition à Muselier qui retrouverait l’hémicycle régional qu’à un vrai rassemblement citoyen ?

   Nous sommes à des années lumières de l’alternative de terrain que nous appelons de nos vœux. Dans nos rencontres avec ce qui ne s’appelait pas encore « Il est temps », nous avons mis en avant tout ce que « SUD » ou « PACA » avait d’insupportable dans une région riche d’une histoire de 26 siècles fortement liée à la démocratie et à la République.
   Nous avons fortement mis en avant, comme nous ne cesserons jamais de le faire, qu’il appartient aux habitantes et aux habitants de décider quel doit être le nom de notre Région. Finalement, vive la PACA!

   Alors certes, la PACA et les places au conseil régional PACA c’est sans doute leur problème mais ce ne peut pas être ni le nôtre, ni celui d’ailleurs de toutes celles et tous ceux qui attendent bien autre chose de l’action régionale.
   Pour conclure, j’ignore si nous aurons des régionales en Juin mais je crois en l’escandilhada de « Oui la Provence ! » pour porter un projet alternatif et citoyen.
                                                                                                                        Hervé GUERRERA

Retorn