Acuelh / Accueil
Editoriau / Editorial
D'aicí e de'n pertot
Sociau / Social
Politica / Politique
Istòria / Histoire
Cartabèu/Bloc-notes
Societat / Société
En revista / En revue
Botica / Boutique
Forum
Contact

   
   

Politica / Politique


La societat malauta de la crisi/la societét malade de la crise- G.Brawanski
10 / 10 / 2017 126 lu(s) 
D’après "Les Animaux malades de la Peste" de Jean de La Fontaine, une situation qui n’a guère changé.

     LA  SOCIETAT  MALAUTA  DE  LA  CRISI
     LA SOCIETE MALADE DE LA CRISE
          
Un mau qu’espandís la terror
           Mau que lo Cèu en sa furor
Inventèt per punir lei crimis de la tèrra
La Crisi (que la fau sonar per son nom),
Capabla d’enriquir en un jorn l’Acheron,
           Fasiá ai paurei gus la guèrra.
Morián pas totei, mai totei èran pertocats
           Vesiam fòrça d’inocupats
Cercar lo sosten d’una vida morenta.

Un mal qui répand la terreur,
          Mal que le Ciel en sa fureur
Inventa pour punir les crimes de la terre,
La Crise (puisqu'il faut l'appeler par son nom),
Capable d'enrichir en un jour l'Achéron,
            Faisait aux pauvres bougres la guerre.
Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés :
            On voyait plein d'inoccupés
Chercher le soutien d'une mourante vie.

Júpiter tèn conseu e ditz : Mei cars amics,
             Crési que lo Cèu a permes
             Per nòstrei pecats aquesta infortuna ;
             Que lo mai copable d’entre nos
Se sacrifica ai trachs dau celèst corroç ;
Benlèu obtendrà la garison comuna.

Jupiter tint conseil, et dit : Mes chers amis,
            Je crois que le Ciel a permis
            Pour nos péchés cette infortune ;
            Que le plus coupable de nous
Se sacrifie aux traits du céleste courroux ;
Peut-être obtiendra-t-il  la guérison commune.

Aflatem-nos pas ; vesèm sens indulgéncia
             L’estat de nòstra consciéncia.

Ne nous flattons donc point ; voyons sans indulgence
            L'état de notre conscience.

Per ieu, ditz  lo patron, satisfasent meis apetits glotons
Dins meis usinas, ai sacrificat de còps fòrça motons ;
Pagarai donc l’ISF, se va fau ; mai pensi
Qu’es bòn que cadun s’acuse coma ieu
Car devèm desirar segon tota justicia
             Que lo mai copable ne’n patís.

Pour moi, dit le patron, satisfaisant mes appétits gloutons
Dans mes usines, j'ai sacrifié parfois force moutons ;
Je paierai donc l’ISF, s'il le faut ; mais je pense
Qu'il est bon que chacun s'accuse ainsi que moi
Car on doit souhaiter selon toute justice
            Que le plus coupable en pâtisse.

Patrons, ditz Júpiter, siatz tròp bòns, per ma fe,
Vòstreis escrupuls fan veire tròp de delicadesa ;
Alora, licenciatz motons, fenhants, caluga espècia.
Es un pecat ? Que nani ! li fagueriatz, Senhor,
            Lei fasent travalhar fòrça onor ;
E mai s’avètz pas
Creat un million d’emplecs,
Me’n vau per ordenancia,  sus lo còp,
Faire passar l’ISF au trepàs.

Patrons, dit Jupiter, vous êtes trop bon, ma foi,
Vos scrupules font voir trop de délicatesse ;
Eh bien, licenciez moutons, fainéants, sotte espèce.
Est-ce un péché ? Non non ! Vous leur fîtes, Seigneur,
            En les faisant travailler beaucoup d'honneur;
Et même si vous n’avez pas
Créé un million d’emplois,
Je m’en vais par ordonnance, de ce pas,
Faire passer l’ISF à trépas.

Ditz ansin Júpiter, e medias d’aplaudir.
            Ausèt pas tròp prefondir
De l’accionari, nimai deis autrei poténcias
            Lei mens perdonableis ofensas.
Tota la gènt querelairèla fins qu’ai simples Matochins,
Au dire dau monde, èran de santets.

Ainsi dit Jupiter, et médias d'applaudir.
            On n'osa trop approfondir
De l’actionnaire, ni des autres puissances
            Les moins pardonnables offenses.
Tous les gens querelleurs, jusqu'aux simples Mâtins,
Au dire de chacun, étaient de petits saints.

L’obrieron venguèt mai e ditz : me soveni
D’aver refusat de travalhar lo dimenge.
Ma frema s’es laissada convéncer
Per faire un emplec ajudaire.
Tanben quauque diable me butant
De prendre Ajuda Per lo Lotjament.
N’aviáu pas ges drech, bòrd que fau parlar drech.

Le prolo vint à son tour, et dit : J'ai souvenance
D’avoir refusé de travailler le dimanche.
Ma femme s’est laissé aller,
À prendre un emploi aidé.
            Quelque diable aussi me poussant,
  D’accepter l’Aide Pour le Logement.
Je n'en avais nul droit, puisqu'il faut parler net.

A-n-aquestei mòts se cridèt còntra lo Prolò.
Prenguèt conseu Júpiter e baissèt aquesteis APL,
Reduguèt tanlèu aquestei costós emplecs ajudaires.
Podián licenciar aquest maudich Animau,
Aquest pelat, aquest ronhós d’onte veniá tot lo mau.
Sa pecatilha siguèt jutjada marridassa.
Manjar l’argent d’autrú ! Quin crimi abominable !

A ces mots on cria haro sur le Prolo.
Jupiter prit conseil et baissa ces APL,
Il réduisit sans tarder ces coûteux emplois aidés.
On pouvait licencier ce maudit Animal,
Ce pelé, ce galeux, d'où venait tout leur mal.
Sa peccadille fut jugée un cas pendable.
Manger l'argent d'autrui ! Quel crime abominable !

Segon que seretz poissant o miserable                        
Lei jutjaments de Cort vos faràn blanc o negre.
                                                                                                
Selon que vous serez puissant ou misérable,
Les jugements de Cour vous rendront blanc ou noir.


                                                                                         Gilbert BRAWANSKI

Retorn