Acuelh / Accueil
Editoriau / Editorial
D'aicí e de'n pertot
Sociau / Social
Politica / Politique
Istòria / Histoire
Cartabèu/Bloc-notes
Societat / Société
En revista / En revue
Botica / Boutique
Forum
Contact

   
   

Politica / Politique


Vaucluse : élections législatives, 4e. Annie Janczak - Corse, une signal démocratique fort , G.T.
08 / 07 / 2017 35 lu(s) 
Eleccions legislativas dau 11 de junh de 2017 - 4enca circonscripcion de la Vauclusa.

   Anne Marie Hautant et son remplaçant Bernard Vaton se sont présentés dans la 4ème circonscription du Vaucluse sous l’étiquette régionaliste. Résultat : 0,66 %. Le message envoyé  pouvait difficilement être entendu dans ce secteur qui comprend Orange, Bollène, Vaison-la-Romaine, Valréas…. où la Ligue de Sud a la mainmise depuis 24 et 12 ans  sur  deux grandes villes du Nord-Vaucluse et alors que la vague « En Marche » permettait à tout anonyme de recueillir un nombre important de suffrages .
   Pourtant Anne Marie Hautant et Bernard Vaton ont mis en avant  leur attachement à des valeurs telles que l’ouverture sur le monde, le respect des différences - mines de richesses, la défense de la biodiversité,  la décentralisation réelle avec des régions fortes et autonomes, le replacement de l’humain au centre des actions à mener, la défense de la ruralité, le développement économique et culturel à partir de nos richesses propres, la solidarité entre tous, une Europe des Régions et des Peuples Solidaires dans laquelle les régions pourraient choisir le mode de mise en œuvre de politiques européennes sur leurs territoires sans passer par le diktat des états–nations, la défense de nos nombreuses  langues régionales tant métropolitaines qu’ultramarines en affirmant la réalité des identités des peuples de France,….
   C’est le candidat de la Ligue du Sud, Jacques Bompard, qui l’a remporté avec 50,37%, renouvelant ainsi sa présence à l’Assemblée Nationale. La candidate de la France en Marche, madame Normani, le suit de 276 voix, avec  49,63% des suffrages. 54,01 est le  pourcentage d'abstentions dans la 4ème circonscription du Vaucluse. Plus de 750 « votes blancs » ont été comptabilisés.
   Le lendemain de sa victoire aux législatives, Jacques Bompard, maire d’Orange, annonçait qu’il démissionnait de son mandat de député pour laisser la place à sa remplaçante…
  La voix des régionalistes qui aspirent à un monde des régions et des peuples solidaires ne pouvait être que très difficilement audible face aux médias de notre état très centralisé et bâti depuis la révolution française sur une identité uniformisée. Notre pays s’entête malheureusement à ne pas vouloir reconnaitre la diversité  des peuples qui le composent et font sa richesse.
                                                         Annie JANCZAK
------------------------------------

   Corse. Un signal démocratique fort.

   Si le macronisme a raflé les mises dans l’hexagone, nos amis autonomistes et indépendantistes corses ont fait mentir les sondages. Alors que l’élection présidentielle avait vu un score FN exceptionnel dans l’île dû à l’absence du vote nationaliste et à une abstention remarquée, ce ne fut pas le cas aux élections législatives. Pè a Corsica a retrouvé un vote unitaire, dans le prolongement du travail réalisé depuis son arrivée à la Collectivité Territoriale de Corse. Sur quatre candidats présentés, trois ont largement remis en question les rapports de force claniques traditionnels et renvoyé à son score habituel le vote de l’extrême droite. En Haute-Corse, M. Castellani (1èrecirc.) l’emporte avec 60,81% des suffrages exprimés sur le candidat LR sortant, tandis que J-F Acquaviva élimine le camp PRG (63,05%) dont l’un des derniers tenants, P. Jacobbi, est justiciable. En Corse du Sud, C.de Rocca Serra en place depuis 2002, est battu par P-A Colombani (55,22%). Il ne manque que la 1ère circonscription où la droite l’emporte pour que le vote nationaliste devienne majoritaire avec quatre élus. Partie remise.
   A Paris, il ne se serait rien passé d’important en Corse ?
   Le nationalisme démocratique corse commence à récolter les fruits de son travail politique et de son union qui, faut-il le rappeler, n’était pas évidente après la dissolution du FLNC. Les oppositions antérieures avaient laissé des traces avant de se mettre au lourd travail de reconstruction politique. Cette page semble en grande partie tournée. A présent, ces trois élus vont devoir affronter les pièges de l’Assemblée nationale et les chausse-trappes constitutionnelles tendues par les centralistes de toujours. Mais quand on n’a pas que la foi du charbonnier, mais mieux, l’intelligence du moment historique, tout est possible pour continuer à aller de l’avant. Sans conteste, la fusée du peuple corse est lancée, elle aura sans doute des retombées positives pour l’ensemble du camp autonomiste. G.T.
Retorn