Acuelh / Accueil
Editoriau / Editorial
D'aicí e de'n pertot
Sociau / Social
Politica / Politique
Istòria / Histoire
Cartabèu/Bloc-notes
Societat / Société
En revista / En revue
Botica / Boutique
Forum
Contact

   
   

Politica / Politique


Fillon, Tafta, Ceta, même combat ! H.Guerrera
21 / 12 / 2016 62 lu(s) 
                 LA SOCIETAT COMA VA
                      FILLON, TAFTA, CETA… même combat !

   Il y a un an Aix-en-Provence adoptait, à l’unanimité, une motion de défiance à l’égard des traités transatlantiques. La ville dénonçait « les risques encourus d’évolution de la réglementation des marchés publics liés notamment à la gestion de l’eau, du transport ou du secteur social » et en appelait au débat citoyen.
  Elle protégeait ainsi ses services publics et notamment sa régie municipale de l’eau, bien commun ! Les Aixois refusaient que les multinationales comme Veolia, viennent imposer de soumettre sa distribution aux « lois », plutôt au diktat du marché ! Ce ne serait ni le même coût, ni la même qualité ! Et les agents de la ville, comme les consomm-acteurs, actrices se montrent solidaires dans la défense de l'eau d'Aquae Sextiae.
   Et si en Provence comme ailleurs, nous voulons dans les cantines, pour nos enfants, des produits bio issus de l'agriculture locale, de bons produits en circuits courts, personne, degun n'a le droit d’imposer une autre décision.
   C'est finalement Fillon, le candidat qui propose de supprimer le plus grand nombre de fonctionnaires, qui remporte la primaire de droite. Lui qui fut premier ministre de Sarkozy, lui qui traita les langues régionales de « sujet anodin » a inscrit dans son programme la suppression de 500 000 postes !
   Une telle politique, jugée dangereuse par son rival Juppé, fragiliserait les services au public, en particulier dans les zones en difficultés. Supprimer des milliers de postes d'enseignants équivaut à fermer nombre d’écoles rurales ou de quartier. Des milliers d’infirmières en moins conduiraient à la disparition d'hôpitaux de proximité alors que les déserts médicaux se développent.
   Bureaux de poste, perceptions... Cette suppression sonnerait le glas pour des centaines de territoires. Et l’Etat central ne manquerait pas de demander aux collectivités locales de faire les plus gros sacrifices.

   FILLON, TAFTA, CETA sont les fers de lance de cet ultra-libéralisme qui marginalise des pans entiers de la population et érode toujours plus les « classes moyennes ». A appliquer des purges sociales toujours plus sévères, à enrichir, encore plus, les 1% de la population qui possède plus que les 99% restants, ils jettent dans la désespérance des millions de personnes. Ils font le lit des populismes et renforcent les scores de l’extrême droite. Ils doivent, pour leurs projets, comme pour les effets induits de leurs politiques, être fermement combattus !

Hervé GUERRERA
Conseiller Municipal d’Aix-en-Provence
Président de Région Provence Fédération Provençale du Partit Occitan

Retorn