Acuelh / Accueil
Editoriau / Editorial
D'aicí e de'n pertot
Sociau / Social
Politica / Politique
Istòria / Histoire
Cartabèu/Bloc-notes
Societat / Société
En revista / En revue
Botica / Boutique
Forum
Contact

   
   

D'aicí e de'n pertot


Transmettre l'Occitan, c'est être pédagogiquement inventif. Michèu Neumuller
30 / 12 / 2019 377 lu(s) 
FORUM D’OC- LA SEYNE-sur-Mer (5 oct. 2019)

                Transmettre l’occitan
          c’est être pédagogiquement inventif

   Le maître d’école doit respecter les programmes et les méthodes du ministère. Oui, mais comment les adapter quand celles-ci ne s’intéressent pas aux spécificités de l’occitan ? Le Forum d’Oc a donné l’occasion aux enseignants de dévoiler leurs astuces.

“Dans notre école à parité horaire, pour enseigner les deux langues tout en respectant les textes officiels, et malgré les spécificités de l’occitan, j’ai du développer mes propres méthodes” insiste Florent Daubin, professeur des écoles à Carcassonne. C’est que dans les deux langues le rapport phonèmes-graphèmes différe. Il faut donc que les écoliers entendent bien cela dans l’une et l’autre langue!

C’est un des partages d’expériences que le Forum d’Oc a permis début octobre à La Seyne, lors de son congrès consacré à la transmission.

“Nous travaillons donc d’abord le déchiffrage, puis la compréhension de ce qu’on a déchiffré. “ avec la maîtrise de ce qu’on lit on consacrera après plus de temps à la compréhension de ce qui est lu.” Le rôle de l’image pour ce faire est important . Mais il faut qu’en occitan les supports pédagogiques apparaissent tout aussi dignes qu’en français. Mais convaincre l’éditeur du manuel “Je lis, j’écris” de le laisser adapter l’ouvrage en occitan n’a pas été une mince affaire.

Puis un rituel d’exercices quotidiens appelant des mots vus et revus, habituera les enfants à l’occitan lu. “Ils dessinent beaucoup ce qu’ils apprennent, ce qui permet de progresser.”

Les éléments patrimoniaux sont importants aussi dans cette méthode. Les représentations imagées des mots occitans comptent beaucoup : “si nous apprenons le mot “pont” ce sera à l’aide du dessin du vieux pont de Carcassone”...pas du Golden Gate ! “idem pour le cassoulet quand on étudie le vocabulaire de la nourriture”. Le travail d’un dessinateur toulousain, Pierre Chanut, a été bienvenu.

La simultanéité de l’apprentissage de l’une et l’autre langue n’est pas le problème principal de Jean-Christophe Garnier. Le maître d’école de la Calandreta d’Orange n’aborde l’apprentissage du français qu’à partir du Cours Elementaire, pour trois heures par semaine. C’est donc l’apprentissage de l’occitan, qui l’occupe. Or, il n’est pas parlé par les familles, aussi il ne va pas de soi au début. Et pour l’aborder en classe,  lui aussi utilise beaucoup le dessin.

Si l’apprentissage de l’occitan ne marque pas de si notables différences d’avec celui du français, une et de taille devra toutefois être assimilée par les élèves : en français on ne ne note pas l’accent tonique, en occitan si, “mais la méthode d’apprentissage du français sur ce point ne peut être adaptée”.

              Enseigner en occitan, c’est toujours créer ses propres outils pédagogiques!


                                                                                                     Michèu NEUMULLER
Retorn