Acuelh / Accueil
Editoriau / Editorial
D'aicí e de'n pertot
Sociau / Social
Politica / Politique
Istòria / Histoire
Cartabèu/Bloc-notes
Societat / Société
En revista / En revue
Botica / Boutique
Forum
Contact

   
   

D'aicí e de'n pertot


En PAUC DE MOTS -. Gilbert Brawanski
21 / 12 / 2016 66 lu(s) 
EN PAUC DE MÒTS

-a ON LE REGRETTERA Nicolas Sarkozy va-t-il tirer sa révérence après son échec ? Rien n’est moins sûr avec cet animal politique qui nous a déjà fait une fois le coup du retrait. Si c’était le cas, on peut dire que sa sortie est pleinement réussie. Que de saillies lyriques pendant cette primaire de « A droite toute » !
"Nos ancêtres étaient les Gaulois, ils étaient aussi les rois de France, les Lumières, Napoléon, les grands républicains, … Ils étaient aussi les soldats de la Légion étrangère, les tirailleurs sénégalais, … les troupes coloniales mortes … lors de la Première Guerre mondiale, les tirailleurs musulmans morts à Monte Cassino". Quel feu d’artifice !

- FABULOUS ! Bernard Beignier, le très Castanien recteur de l’académie d’Aix-Marseille, a surpris tout son monde. Cet adepte de la « Sifrologie hors sol » veut favoriser l’enseignement du catalan en Provence. A l’heure où la blouse et la Marseillaise risquent de faire un retour tonitruant dans les écoles, on pourra toujours chanter avant les cours :
« Prouvençau, veici la lengo,
Que nos vèn di Catalan ».

- LENGAS REGIONALAS e MONDIALISACION
   L’initiative originale de notre recteur devrait donner des idées à ceux qui nous gouvernent et montrer que la France est un grand pays qui défend la diversité linguistique. Pour cela, faisons des langues régionales du monde une arme. Montrons aux Poutine, Erdogan et Xi Jinping que nous n’avons peur de personne. Enseignons le tchétchène en Alsace, le Kurde en Corse et le Ouïghour en Bretagne.
   Quant aux mercantiles qui choisissent les langues en fonction de ce qu’elles peuvent leur rapporter, ils pourront apprendre le navajo s’ils veulent rentrer dans les services secrets ou opter pour le gaélique afin de devenir traducteur à Bruxelles lors de la future entrée de l’Ecosse dans l’UE.

- CETA et TAFTA ….  BEARN
   Les anti-gaz de schiste sont très remontés contre ces accords car ceux-ci remettent en cause les normes environnementales et sociales au profit des multinationales. De plus, ces dernières pourraient utiliser les cours de justice mises en place par les dits-accords pour porter plainte contre les interdictions de forer.
   On observe circonspects : résistances des wallons au CETA, élection de Trump, pro-gaz de schiste mais anti-TAFTA (?), présidentielles de 2017 (??).
On ne se doutait pas que la surprise allait venir du Béarn.
   Rappel : Le 21 septembre 2015, au nom des risques de troubles à l’ordre public, le ministère de l’Environnement refuse à la compagnie pétrolière australienne Gas2grid, de prolonger le permis de recherche de Saint-Griède dans le Béarn. Le pétrolier fait appel devant le tribunal administratif de Pau. Anticipant peut-être la prochaine acceptation par les parlements nationaux de ces accords transatlantiques, celui-ci vient d’estimer que l’arrêté n’était pas justifié et l’a annulé. Il laisse 30 jours au ministère pour donner le feu vert au pétrolier sous peine de payer 3000 € d’astreinte par jour de retard.
Moralité : Gardez-vous devant, gardez-vous derrière

- CHAMPIGNONS ATOMIQUES
1986, catastrophe nucléaire de Tchernobyl. Le professeur Pellerin nous rassure, le nuage s’est arrêté à nos frontières. 30 ans après, l’étude de la CRIIRAD* nous confirme que les efforts de nos douaniers ont été vains. Même s’il baisse, le césium 137 est toujours bien présent dans 95% des échantillons des champignons ramassés en 2015 dans la région AURA. Selon les échantillons, les résultats vont de 4 becquerels/kg sec à 3020 Bq/kg sec.
Qu’en est-il de la réglementation relative à la contamination des aliments par le césium radioactif ?
Les normes européennes varient. Depuis 1986, des champignons cueillis à Tchernobyl ne doivent pas dépasser 600 Bq/kg frais. S’ils viennent du Japon, la limite est fixée à 100 Bq/kg frais depuis 2012. Soyez rassurés, comme il faut s’adapter, si un accident nucléaire survient en Europe, le niveau de césium 137 pour les champignons, les légumes, la viande,… sera porté à ….1250 Bq/kg.  
Pour vous rassurer davantage encore, sachez qu’en France, sans doute parce que nous n’avons été touchés ni par Tchernobyl, ni par Fukushima, pour les aliments produits sur notre sol, il n’y a pas de limite.
Le nucléaire, c’est une question de confiance !

- CRIIRAD = Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité créée après Tchernobyl. Elle est basée à Valence dans la Drôme. Voir étude en ligne sur www.criirad.org.
  Gilbert Brawanski

- Franchimandejats 1 –
Sabètz qu'a Marsilha, d'unei bus an una vòtz qu'annoncia l'estacien venenta. L'ai descubert dins la linha 22 quora aquèla vòtz annoncièt (vos mèto una traduccien fonetica) : "Mishlè Uvônn" (amb un ô ben sarrat). Me fauguèt una brassaia de secondas per comprendre qu'arribessiam a l'estacien « Michelet Huveaune ». Segur, esperavo pas d'auvir "Michelet Evèuna" mai pasmens ... A Tolosa, an d'annóncias en occitan, a Marsilha, avèm pas mume d'annóncias amb l'accent d'aquì. P.R.

- Franchimandejats 2 - Ça ne vaut pas le métro qui s'exprime en anglais, mais j'ai relevé une perle : dans le bus 21 (Castellane- Luminy), il y a une station " Rodocanachi" ( le Dr G. Rodocanachi , d'origine grecque, mort en 1944 à Buchenwald). Au début de l'installation de la voix off dans le bus, elle prononçait "chi " -comme chiche, pour être courtois- (rien à voir avec chichi !). Or, si peu de gens savent qui était ce Dr., tout le monde sait qu'on prononce "qui"; aussi, la voix faisait-elle rire. La RTM a modifié... C.F.
Retorn