Acuelh / Accueil
Editoriau / Editorial
D'aicí e de'n pertot
Sociau / Social
Politica / Politique
Istòria / Histoire
Cartabèu/Bloc-notes
Societat / Société
En revista / En revue
Botica / Boutique
Forum
Contact

   
   

Societat / Société


Coup de SEVESO du dépôt des Arènes sur les riverains de Toulon naval. Christian Saint-Luc
22 / 12 / 2020 389 lu(s) 
   TESTIMÒNI – TÉMOIGNAGE


Esto testimòni d’un ribairòu d’un site militar tolonenc es d’importànçia premiera. Dangiers venguts ordinaris, lei sites Seveso, encartats e repertoriats, son mai d’un còp responsables d’auvaris dei gròs. Gramacejam nòstre correspondent per son trabalh indefugible d’informacion civica.

   Coup de SEVESO du dépôt des Arènes sur les riverains de Toulon naval

   « J'habite à proximité du dépôt d'hydrocarbures militaires des Arènes, situé chemin Mon Paradis 83200 Toulon, devenu chemin Mon enfer depuis ses travaux de réactivation programmés de juin 2019 à 2021. Selon l’article 1 er de la Charte française de l’Environnement de 2004, chacun a le droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé. Or, comment les riverains peuvent-ils vivre au voisinage d’un dépôt de liquides inflammables classé SEVESO seuil haut, qui constitue selon les termes du commissaire enquêteur, précédemment chargé de ce dossier à hauts risques, « une anomalie en centre-ville »? La réactivation en centre- ville de Toulon d’une installation dangereuse datant de l’année 1931 soulève des problématiques réelles concernant les nuisances olfactives et sonores ainsi que les risques d’incendie et d’explosion, susceptibles de se propager aux habitations riveraines proches dans un périmètre englobant les quartiers des Arènes, de l ’Escaillon et de Valbertrand. Ce dépôt principal de liquides inflammables et de carburants est destiné au stockage et à l'approvisionnement de la base navale de Toulon par canalisations souterraines et effets gravitationnels.
   Son installation relève du régime de l'autorisation prévue à l'article L512-1 du Code de l'Environnement rubrique 4734-1 classement SEVESO seuil haut produits pétroliers spécifiques et carburants de substitution. La notion de seuil haut au sens de l'article R 511-10 définit la quantité totale, soit 25000 tonnes, susceptible d'être contenue dans l'installation y compris dans les cavités souterraines et les stockages enterrés.
Impacts sanitaires
   Les impacts sanitaires de cette réactivation, qui ne figuraient pas dans le dossier mis à la disposition du public par le commissaire enquêteur sont inquiétants. Les combustibles et carburants stockés et transportés F 76- F44- XF43 sous la ville par canalisations, destinés aux bateaux et aux avions stationnés dans la base militaire de Toulon, sont très nocifs pour les organismes humains et dangereux pour l'environnement. Les 11 composants recensés et non communiqués dans l'enquête publique précitée peuvent provoquer à partir de certains seuils, mesurés en mg/m3, des effets toxiques et cancérigènes. Selon la source de l'agence ANSES, il s'agit essentiellement du benzène occasionnant par inhalation des leucémies, du naphtalène entraînant des neuroblastomes de l'épithélium olfactif, du cyclohexane avec des effets sur le développement, du styrène (effets sur le système nerveux), du xylène (effets sur la pneumo-toxicité, du phénol (effets hépatiques - pulmonaires - rénaux et cardiovasculaires). La remise aux normes récente de cette installation dangereuse à Toulon, classée SEVESO seuil haut, est inconcevable dans le contexte d'explosions d'installations similaires, survenue en 2019 à Rouen et en 2020 à Dunkerque. Elle s'inscrit à l'inverse des principes de précaution, prévention et pollueur-payeur préconisés par la Charte de l'Environnement française de 2004.
   La portée de ce dossier est nationale compte tenu des enjeux de défense maritime et des nécessités opérationnelles du Ministère de la Défense. Elle est locale pour les habitants de Toulon - ouest qui vivent dans une zone dangereuse proche de l’incinérateur du quartier de l ’Escaillon, de la pyrotechnie militaire du secteur de Lagoubran et du parc des combustibles des Arènes ; leurs risques cumulés, qualifiés de cocktail ou domino, ne sont pas à exclure en situation environnementale dégradée et en cas d’actes malveillants de terrorisme ou d’événements de guerre.

   L'exposition sanitaire des habitants des quartiers toulonnais, proches de ce dépôt d'hydrocarbures militaires, excède la dose de risques admissibles en zone urbaine. Cette concentration de nuisances et de risques dans une surface de 5 km2 n'est pas compatible avec la situation géographique et la topographie des lieux En effet, le dépôt d'hydrocarbures est situé dans une zone boisée notamment de cyprès et de pins, susceptibles de s'enflammer rapidement et de se propager aux habitations environnantes. De plus, au niveau du voisinage, il est proche d'une école maternelle, d'un collège et de centaines d'habitations. Ses accès actuels par des camions transportant des matières dangereuses pétrolières ou divers matériaux, sont sous-dimensionnés et limités par la voie ferrée et les habitations.

L’étude des dangers
   L’étude de dangers a mis en évidence des risques potentiels d’incendie, d’explosion et de pollution. Elle élude les atteintes et les transferts sur les populations civiles environnantes des risques relevant d’activités logistiques et opérationnelles, strictement militaires. Des investigations ont mis en évidence dans l’enceinte du dépôt des zones superficielles du sol, polluées par des hydrocarbures et des métaux lourds. Les risques potentiels d’incendie, d’explosion et de pollution concernent l’ensemble des réservoirs de stockage, les fosses de pompage et les vannes de l’installation ; il s’agit essentiellement des feux de nappe de liquides inflammables ou de combustibles, d’explosions de liquides inflammables et de fuites de liquides inflammables en dessous du sol.
La problématique sanitaire liée aux nuisances causées aux riverains

   Le premier bilan depuis l'année 2019 concernant la réactivation du dépôt militaire des essences des Arènes, classé Seveso seuil haut, peut être retracé après un retour d'expérience afin de cerner les problématiques sanitaire et environnementale, induites par sa remise en chantier de juin 2019 à juin 2021. La première nuisance est liée à la qualité de l’air respiré, déjà altérée par les rejets atmosphériques de l’incinérateur du quartier de Lagoubran, situé à un kilomètre. Cette nuisance olfactive sera aggravée par la quantité annuelle de liquides inflammables (environ 705 Kg) induite par le fonctionnement du dépôt de carburants des Arènes. Dans certains points d’émergence, des odeurs âcres ou pestilentielles obligent les riverains à se calfeutrer en fermant toutes les portes et les fenêtres. De plus, aucune mesure de sécurité n’est prévue par l’étude d’impact pour se prémunir de la toxicité des vapeurs d’essence, susceptibles d’être inhalées par des populations sensibles et de pénétrer dans les organismes et les maisons des quartiers riverains. La deuxième nuisance est sonore, occasionnée notamment par les rotations des camions, surtout pendant les deux ans de travaux de mise aux normes ainsi que par les pompes et la ventilation des galeries et des réservoirs en phase de fonctionnement. A titre d'exemple, je décompte du lundi au vendredi entre 10 et 20 camions qui longent chaque jour mon jardin.

   En me projetant sur l'avenir, je transpose la catastrophe survenue le 26 septembre 2019 à l'usine Lubrisol de Rouen au contexte de la réactivation du dépôt militaire de carburants des Arènes. A cet égard, il suffit de se reporter aux effets à court et moyen termes de l'immense panache de fumée noire, causé par l'incendie de cette usine classée Seveso Seuil haut pour imaginer ce qui pourrait se produire prochainement dans les écoles et les quartiers environnants le parc toulonnais d'hydrocarbures des Arènes. Dans les quartiers proches de l'Escaillon, de Lagoubran et de Valbertrand, la fumée noire occasionnée par un éventuel incendie répandrait du monoxyde de carbone (CO), du dioxyde de carbone (CO2), du sulfure d'hydrogène (H2S), des composés organiques volatils et soufrés, des gaz acides ainsi que des retombées de pluies, suie et goudrons. De plus, dans de tels accidents, la vaporisation de liquides toxiques dans les organismes des riverains se combinerait avec de possibles explosions, des températures élevées et de potentielles interactions avec d'autres matériaux comme ceux des cuves du site de l'installation du dépôt des Arènes. Les accidents prévisibles de transport routier de matières dangereuses d'origine pétrolière pour accéder à ce site occasionneront des difficultés considérables pour lutter contre les conséquences immédiates de telles catastrophes en raison du caractère aléatoire des premiers secours et du manque de disponibilité du matériel de dépollution immédiat.

   Afin de fixer le cadre et les limites de mon article, je ne traite pas la question de l'opportunité, liée à des considérations sensibles de confidentialité et de nécessités opérationnelles du Ministère de la Défense. Je n'aborde pas les problématiques juridiques et financières que j'ai longuement exposées par ailleurs. Je me suis fixé une obligation de moyens, justifiée par mon intérêt légitime à agir en tant que riverain proche, directement impacté à cent mètres de distance par les risques, les nuisances et les dangers avérés de ce dépôt militaire d'hydrocarbures en cours de réactivation, à l'issue d'une procédure d'enquête publique viciée sur le fond.

Christian SAINT- LUC - Initiateur du collectif de défense des riverains du dépôt toulonnais d'hydrocarbures militaires des Arènes
Retorn