Acuelh / Accueil
Editoriau / Editorial
D'aicí e de'n pertot
Sociau / Social
Politica / Politique
Istòria / Histoire
Cartabèu/Bloc-notes
Societat / Société
En revista / En revue
Botica / Boutique
Forum
Contact

   
   

Societat / Société


Candidature Didier Cade aux élections législatives
24 / 06 / 2017 34 lu(s) 
Entrevista Didier CADE, vigneron  
Une candidature aux élections législatives dans le cadre de Régions et Peuples Solidaires



       « Porter une autre vision de nos territoire »

LO CEBIER- Une candidature aux élections législatives dans la 6e circonscription du Var est plus que symbolique. Elle concrétise un travail de terrain de plusieurs années qui s’est manifesté par une  opposition, structurée dans le Var mais aussi en Provence, au « projet » de ligne à grande vitesse devenu LN-PCA. C’est un engagement sectoriel ou stratégique  pour la Provence ?  
   Didier CADE- « C’est un engagement qui est né de mon opposition forte au projet LGV- Paca qui est à l'opposé des besoins des trois départements concernés. Les problèmes de transport du quotidien sont actuels. Ce projet à réaliser d'ici 2025 pour la phase 1 (Marseille et Nice, ndlr) n'apportera pas la solution, son coût pharaonique de plus de 20 milliards n'est pas budgétisé et aurait un impact lourd sur les autres postes de dépense de la région et autres collectivités. Puis il y a l'impact sur notre environnement qui devrait subir des destructions et des nuisances sur plus de 20 ans de travaux..., le bénéfice sur les émissions carbonées est illusoire.

L.C.- La concertation publique qui s’est engagée en 2016, à défaut d’un nouveau débat public obligatoire pour toute modification du projet initial, avait pour but de mettre en place un prochain copil à l’automne 2017. C’est la logique de la porte ouverte à l’enquête d’utilité publique. Alain Vidaliès, secrétaire d’Etat aux transports, avance ses pions lentement mais sûrement ?
   D.C.- Les élus de tous bords, les gouvernements successifs défendent aveuglément ce projet que Paris impose avec des actes comme la validation de la phase 1  (Marseille et Nice, ndlr) entre les deux tours de l'élection présidentielle. Il est donc important de communiquer sur le projet. Pour informer et mobiliser les habitants et rassembler les opposants pour pouvoir combattre la future déclaration d'utilité publique. L'association  Stop LGV Sud Sainte-Baume et la proposition d'une candidature aux législatives sont des vecteurs importants pour porter une autre vision de nos territoires.

L.C. -Le recours de notre association STOP-LGV-PACA Sud Sainte-Baume au tribunal administratif de Paris est en cours. Quelles sont ses chances d’aboutir ?
    D.C.- Je me refuse à faire un pronostic sur le résultat de cette procédure judiciaire. Si nous l'avons faite, c'est que nous estimions avoir des chances qui nous soient favorables. Nous avons des arguments qui tiennent la route. La CNDP les a refusés et a estimé que la poursuite de la concertation suffisait pour donner un cadre légal à cette phase précédent l'enquête d'utilité publique. Il était de notre devoir de tenter de repartir d'un débat public sur un projet qui est nouveau au dire même de ses promoteurs...

L.C.- Une candidature aux législatives dans le cadre de la fédération Régions et Peuples Solidaires n’est pas une candidature simplement symbolique. Quelles autres revendications entends-tu également développer, complémentaires du travail de terrain entrepris sur la question des transports ?
    D.C.-  A mon avis, les choix en matière d'investissement en infrastructures de transport doivent être faits en fonction de la plus grande efficacité pour lutter contre les pollutions, donc dans et autour des grandes villes. Nous subissons un étalement urbain qui engendre une utilisation massive de la voiture qui augmente les difficultés de circulation et la pollution. La solution viendra des alternatives efficaces, type métro, tram, ter. Il faut aussi rendre une humanité à la ville pour stopper ce mouvement et réussir un des enjeux majeur du 21ème siècle : préserver les terres fertiles que nous bétonnons depuis trop longtemps. Vouloir relier des grandes villes comme Marseille, Toulon et Nice en TGV ne vient pas concurrencer la voiture mais favorise une augmentation des flux, crée une navette de plus en plus lointaine entre le lieu d'habitation et le lieu de travail. »
Encadré :

►Mercredi 10 mai à 11h00, présentation de la candidature aux élections législatives des 11 et 18 juin sur la 6ème circonscription du Var:
CERCLE DU 24 FEVRIER 1848
PLACE JEAN-JAURES
42 RUE PORTALIS
83330 LE BEAUSSET

Retorn