Acuelh / Accueil
Editoriau / Editorial
D'aicí e de'n pertot
Sociau / Social
Politica / Politique
Istòria / Histoire
Cartabèu/Bloc-notes
Societat / Société
En revista / En revue
Botica / Boutique
Forum
Contact

   
   

Societat / Société


La ROYA : Lettres de Mama Herrou et de Cedric Herrou
12 / 02 / 2017 81 lu(s) 
LA ROIA, des femmes et des hommes qui se tiennent droit

   Cédric Herrou  a été élu personnalité de l'année par les lecteurs de Nice-Matin qui ont su réagir aux déclarations scandaleuses de Ciotti, bras droit d’Estrosi. Un exploit dans le contexte réactionnaire que nous connaissons avec la montée du FN et la surenchère de la « droite propre » qui se complaît dans le discours identitaire et la xénophobie ordinaire. Nous faisons écho aux déclarations de Cédric Herrou et de sa mère qui relèvent la tête et  font mieux que se défendre. Ils accusent cette classe politique qui parle au nom de cette république bien malade.

◙ Lettre de la mère de Cédric Herrou
Monsieur le Procureur, je vous fais une lettre……
   Je suis la mère de celui contre lequel vous vous acharnez . Ma grand -mère paternelle a elle aussi , en 1918 passé la frontière d’Italie à pied, par les montagnes, elle a perdu le bébé qu’elle portait au cours de ce périple, (peut-être a-t-elle croisé à ce moment-là les grands mères de messieurs Ciotti et Estrosi, qui sait ?) ; elle s’est louée telle une bête de somme pour tirer les « charretons » :je me souviens d’elle avec la lanière de cuir qui lui barrait le torse …Ma mère quant à elle était allemande, ma sœur est née dans les geôles de la gestapo, elles ont été toutes deux libérées par les Américains. C’est ce sang-là qui coule pour moitié dans les veines de mes deux fils que vous avez fait arrêter jeudi, l’autre moitié étant du pur-sang de Bretagne…c’est têtu un Breton et ça n’a pas peur des tempêtes .
   S’ils ne sont pas Français « de souche » (c’est ce qui reste d’un arbre mort, non ?), ils ont des racines profondes et vivantes dans ce pays qui est le leur et qu’ils aiment .Pour que vous compreniez …nous avons été « famille d’accueil pendant 25 ans. Cedric avait 5ans, Morgan 7, quand les premiers enfants sont arrivés. Ils ont partagé leurs jouets, leur table, leur maison, leurs parents avec 15 enfants délaissés, de toutes origines, certains battus, violés …..
   Alors quand Cedric vous dit que ces enfants qu’il voit sur nos chemins et nos routes de la Roya ,ce sont ses frêres et ses sœurs, il ne vous ment pas. Et quand il interpelle si fort les services de l’ASE, c’est qu’il en connait les rouages.
   Nous avons quatre enfants puisque ils ont accepté d’intégrer deux de ces enfants à leur famille, ce sont leur sœur et leur frère à présent et nous en sommes très fiers !
   Voilà, monsieur le Procureur, et tous ceux qui le traitent de passeur, de trafiquant d’êtres humains et de voleur, voilà à qui vous avez à faire.
Avec tout mon respect

Mama Herrou

--------------------

Lettre de Cédric Herrou

Monsieur le Procureur de la République,

   Je rappelle les faits : Nasser, Moussa et Ali, trois Mineurs, Isolés, Étrangers, ont fait une requête de prise en charge éducative (ASE, Gérée par le conseil départemental) le 16/12/2016. Pendant ma garde à vue le 19/01/17, vous êtes venu les chercher avec 30 gardes mobiles armés, vous les avez reconduits à la frontière italienne. Je ne devrais pas vous rappeler la loi mais, me semble-t-il, vous avez quelques difficultés à la faire respecter au profit de personnes de couleur. L’article 20 de la Convention internationale relative aux droits de l’enfant, bref un détail légal…

   Ils sont remontés cette nuit le 20/01/17 par la voie ferrée d’Italie jusqu’ à mon domicile.
Bravo, Monsieur le Procureur de la république, super bilan!
   Et ne vous posez pas la question : si je dois détourner vos barrages policiers afin de les sortir du département des Alpes Maritimes afin d ‘y trouver un espace de droit où les enfants puissent y accéder, je le ferai.


************


Monsieur le Procureur,

Vous avez fait pleurer ma mère, mon père. Vous avez arrêté mon frère, une amie,
Vous nous avez mis sous les verrous, traités comme des chiens, des malfrats.
Vous avez ordonné à une trentaine de gardes mobiles, armes aux poings, d’entrer sur mes terres, prendre ces trois enfants sans parents, qui attendent chez moi, depuis plus d’un mois d’être pris en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance.
Ces enfants ont connu la guerre, la torture, l’esclavagisme.
Ces enfants que je protège
Ces enfants qui m’ont donné leur confiance.
Vous avez au nom de votre France, violé les droits de l’enfant!
Ils attendaient sécurité de la part de notre pays!
Vous me savez sensible aux personnes que j’aide, aux personnes que j’aime.Vous savez que ma liberté ne s’arrêtera pas aux barreaux de vos prisons et vous tapez là où ça fait mal !!!

   Sachez, Monsieur le Procureur, que je resterai fidèle à mes convictions, que ma France, que notre France, continuera à défendre les droits des hommes, des femmes, des enfants présents sur le sol français au nom de nos valeurs qui fondent la république française.
Ne pensez pas que je suis seul, nous sommes des milliers, des millions!
   Chacun son métier, le mien c’est agriculteur, le vôtre c’est de faire respecter la loi. Loi qui protège et fait que le vivre ensemble soit la règle primordiale à notre démocratie
Vive notre France
et ... celle que tu représentes.
Retorn